· 

Ode à l'amitié et à la solidarité masculine

QUELQUES JOURS AVEC UN MENTEUR

Etienne Davodeau

Editions Delcourt / 1999

Cinq potes trentenaires partent faire une escapade de 8 jours dans un petit village rural, village où l'un des amis à passer ses vacances gamins. Exit les femmes, les enfants, le boulot !!!

Ces 5 compères fidèles à eux-mêmes vont littéralement glander pendant ce séjour, entre parties d'échec, promenade (rapide, faut pas forcer, c'est les vacances), repas... Jusqu'à ce qu'une bombe de peinture éclate dans la ville !

Cet "attentat" mural révèle la capacité prémonitoire d'un de nos 5 amis... pourquoi ?


Le lecteur découvre une bande de potes, au début de leur trente ans mais qui sont restés encore adolescents ou tout du moins souhaiteraient le rester...

 

L'histoire a du mal à se mettre en place, c'est long et j'avoue m'être un peu ennuyé pendant cette lecture.

Je n'ai pas trop accroché avec les dessins pourtant très expressifs, ils manquaient, à mon sens, de détails, donnant une impression de "bâclés" et participaient plus à la mise en valeur les dialogues et des expressions faciales que des ambiances et des décors... le manque d'équilibre entre tout ça m'a manqué.

Enfin, l'histoire en elle-même ne m'a pas transportée, je l'ai trouvé plutôt simpliste et manquant d'intérêt...

 

Au final, ce roman est juste une ode aux potes et à l'amitié entre mecs.

 

Je ressors clairement déçue de cette lecture.

Écrire commentaire

Commentaires: 0